Stormer

Ce projet était lauréat de l’appel d’offre Amorce-ATRI du LabexMEd, en 2017.

Il propose de mener une réflexion collective autour des systèmes hydrauliques traditionnels de récolte de l’eau de pluie dans le bassin méditerranéen, l’une des régions où là population est la plus touchée par les changements climatiques et où les ressources naturelles en eau font défaut (pas de fleuve, peu de sources).

Le projet vise à étudier, avec une approche diachronique et interdisciplinaire, la résilience de la population autour de ce bassin dans un contexte d’aridification. Notre projet s’intéresse aux régions et aux populations « pluie-dépendantes ».

À partir du Maroc, de la Tunisie et de la Jordanie, nous nous sommes intéressé à :

  •  La diversité des dispositifs, matériels et immatériels, que les  sociétés ont mis en place au travers de leur histoire pour faire face à la sécheresse : Les aménagements de récolte de l’eau de pluie, investissements sacrés de ces aménagements et  croyances populaires en lien avec l’environnement (langage, religion)
  • La construction  socioéconomique autour des aménagements hydrauliques, délimitation des territoires, réglementation d’accès et d’exploitation
  • Les conflits et les enjeux politiques en lien avec les structures hydrauliques populaires.

Résultats

  • Constitution d’une équipe de recherche au panel disciplinaire élargi (archéologie, géographes, géologues, historiens, ingénieurs en hydrologie) pour traiter le sujet
  • Collaboration internationale avec les autorités locales en Jordanie et avec de nouvelles institutions de recherche (IMS-FORTHellas).
  • Organisation d’une table ronde sur le thème de: Domestication de l’eau de pluie en méditerranée et implications sociétales https://stormer.sciencesconf.org/
    merci de visiter ce carnet de recherche pour lire des travaux en lien avec le projet: https://raft.hypotheses.org/
Mohamed Laaouane,
LAGEA-DD (Maroc)
Vincent Ollive
Université de Lorraine
Nikos Papadopoulos
Foundation for Research and Technology – Hellas (Crete)
 Alfonso Campisi
(Université de la Manouba [Tunisie])
Thierry RUF
Gouvernance, Risque, Environnement, Développement (IRD-Maroc)
Gianluca Cantoro
Foundation for Research and Technology – Hellas (Crete
)
Kamal Mellakh
Université Hassan II de Casablanca (Maroc)